Accueil > Z comme archives > Pédagogie Nomade > On ne raconte pas assez ce qu’on fait... > rentrée 2009-2010

rentrée 2009-2010

première AG de l’année, mot de bienvenue

mercredi 2 septembre 2009, par

3 septembre 2009
Première AG de l’an 2 de PN

Petit mot d’accueil à tous, particulièrement à ceux qui arrivent, et avec une pensée amicale pour ceux qui partent

Vers le milieu du XVI siècle, François Rabelais, écrit une suite de récits, apparemment complètement déjantés, qui dissimulent sous la grosse farce une véritable vision humaniste du monde. Gargantua, l’un de ses héros, fait construire l’abbaye de Thélème. Pour qui sait lire la métaphore, c’est clairement d’un lieu d’éducation qu’il parle.
Sur la porte, une inscription précise à quels types d’individus et de comportements l’entrée est interdite :
Cagots, dévots, hypocrites, fanatiques et tout genre, flics, militaires, magistrats, malfrats, profiteurs, puritains, jaloux, etc…

En français de la Renaissance, ça donne à peu près ceci :

Ci n’entrez pas, hypocrites, bigots,

Vieux matagots, marmiteux, boursouflés,

Torcous, badauds, plus que n’étaient les Goths,

Ni Ostrogoths, précurseurs des magots

Haires, cagots, cafars empantouflés,

Gueux mitouflés,

Frapars escorniflés,

Befflés, enflés, fagoteurs de tabus

Tirez ailleurs vendre vos abus.

Vos abus méchants

Rempliraient mes camps

De méchanceté ;

Et par fausseté

Troubleraient mes chants

Vos abus méchants

Etc…

Quant à ceux qui entraient dans cette abbaye dépourvue de murs et de grilles,

Toute leur vie était employée non par lois, statuts ou règles, mais selon leur vouloir et franc arbitre. Se levaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand le désir leur venait ; nul ne les éveillait, nul ne les forçait à boire, ni à manger (métaphores !) ni à faire autre chose quelconque : ainsi l’avait établi Gargantua. En leur règle n’était que cette clause :

Fais ce que voudras

Parce que gens libres, bien nés, bien instruits, ont par nature un instinct qui toujours les pousse aux faits vertueux, les éloigne des vices. Ça s’appelle l’honneur.

On ne peut que reprendre le thème, en guise de message de bienvenue : dès lors que tu as compris ce qui n’a pas sa place ici, fais de cette école ce que tu veux. Notre boulot à tous réside dans ces trois verbes : vouloir, comprendre et faire.