Accueil > Z comme archives > Pédagogie Nomade > On ne raconte pas assez ce qu’on fait... > Dispositif d’évaluation de juin en physique

Dispositif d’évaluation de juin en physique

samedi 4 juillet 2009, par

Un examen, ce n’est pas nécessairement le schéma classique de l’élève isolé devant sa feuille, en silence, et parfois en souffrance. Rien n’interdit d’ajouter une dimension coopérative, l’évaluation n’en sera, au bout du compte, que plus fine...

DISPOSITIF D’ÉVALUATION DE JUIN EN PHYSIQUE

Pour évaluer ce qui a été acquis cette année malgré quelques difficultés qui nous ont empêché d’approfondir chaque point du programme, toutes les rencontres des intelligences de ce mois de juin en physique se dérouleront en deux parties.

Pour les 5ème et 6ème, le dispositif est assez particulier :
D’abord, une résolution orale collective : les questions sont rédigées au tableau et les élèves construisent ensemble les réponses en mettant en commun leurs connaissances et leurs capacités de raisonnement. Personne ne prend de notes, excepté le professeur qui ne contribue pas aux réponses mais écrit les points importants de celles qui font consensus parmi les élèves. Sa seule contribution sera de mettre les élèves en garde s’ils se dirigent manifestement vers une solution complètement erronée et éventuellement de fournir l’une ou l’autre formule nécessaire pour une résolution numérique (si aucun élève ne la connaît).

Ensuite, les élèves répondent par écrit au même questionnaire, mais cette fois strictement individuellement. Puisqu’ils ont eu le loisir de partager leurs connaissances pendant la première partie, il est bien évident qu’ils ne peuvent alors plus communiquer d’aucune manière, ni profiter de notes ou de livres.

Bref constat après usage de ce dispositif :

Ce premier essai semble franchement concluant, particulièrement pour les 6éme. L’ambiance du test oral collectif était détendue mais intense. Les débats volaient haut, malgré des sujets assez ardus, et chacun a mis sa petite contribution, inégalement bien sûr mais sans que personne ne se contente de compter sur les autres. Les élèves de 6ème ayant révisé ensemble plusieurs de leurs cours, il était sensible qu’ils y avaient acquis une bonne dynamique de travail collectif. La contribution de chacun à cette réflexion ne m’a pas échappée et j’en ai aussi tenu compte dans mon évaluation du niveau qu’ils avaient atteint au terme de cette année.
À l’écrit individuel, pas de copie blanche, personne ne pouvait prétendre ne rien avoir appris. Cependant, contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, il était facile de déterminer qui manipulait avec aisance les concepts abordés, le dispositif ne semble pas mettre en péril une évaluation sérieuse des compétences acquises. Peu de contre-sens flagrants, mais la précision dans les termes, la complétude des réponses et la finesse de description des phénomènes mis en cause permettait sans difficulté de réaliser les progression de chacun dans la compréhension de notions physiques complexes et parfois fort abstraites.