Accueil > Z comme archives > Pédagogie Nomade > Appuis, avis, soutiens > Lettre de la Fédération des Etudiants Francophones au Ministre de l’Enseignement

Lettre de la Fédération des Etudiants Francophones au Ministre de l’Enseignement

mardi 22 avril 2008, par

Madame la Ministre,

Le jeudi 20 mars 2008, le Conseil fédéral de la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) a voté le soutien d’une initiative dont vous avez déjà eu connaissance. Il s’agit du projet du collectif « pédagogie nomade ».

Après avoir débattu du sujet, il a semblé au Conseil fédéral, qui je le rappelle représente près de 90.000 étudiants francophones, que ce projet mérite une attention toute particulière dans la mesure où il promeut des idéaux pour lesquels les étudiants de l’enseignement supérieur se sont battus auparavant.

Pour rappel, ce projet développe un enseignement nouveau dans lequel élèves et professeurs seront amenés à prendre des décisions collégialement, ainsi qu’à s’organiser ensemble afin que la gestion quotidienne de l’établissement soit optimale. Cette initiative vise à une participation active de l’élève dans l’environnement scolaire dans lequel il évolue. À l’heure du désintérêt croissant des citoyens pour la vie politique, à l’heure de la crise de la démocratie représentative, peut-être serait-il temps de revoir notre système éducatif. En soutenant ce projet nous n’exigeons aucun changement radical (pour le moment), mais nous pensons plutôt qu’il s’agirait d’une grande perte de ne pas donner toutes ses chances à un projet d’une telle envergure.

Je ne m’attarderai pas sur le contenu du projet, puisque Vous en avez déjà été informée. Mais je tenais, en qualité de président du Conseil fédéral de la FEF, à attirer Votre attention sur le fait que ce projet a déjà fait ses preuves dans d’autres pays de l’Union européenne. Cela montre, une fois de plus, que la Communauté française de Belgique est loin d’être pionnière en matière de pédagogie. Ne prenons pas plus de retard !

Pour toutes ces raisons, nous Vous prions, Madame la Ministre, de bien vouloir donner du crédit à ce qui pourrait être l’école de demain.

Pour le Conseil fédéral de la FEF,

Fabian Giarra