Accueil > Z comme archives > Pédagogie Nomade > Appuis, avis, soutiens > encore un avis sur PN

encore un avis sur PN

écrit en décembre 2009 par Stéphane, de Jeune et Citoyen

mercredi 16 décembre 2009, par

Je vous ai rencontré un jour où vous vous posiez des questions sur votre action pédagogique et éducative en équipe. Comme je vous l’ai dit lors de cette courte visite, une analogie me vient tout de suite à l’esprit quand je pense à votre action.

Je vous vois, vous les enseignants de PN, comme des arbres. Des feuillus, aux branches basses et accessibles. Nombreuses, liées entre elles de telle sorte que l’on puisse grimper jusqu’à la cime. J’irais même plus loin en imaginant cet arbre un peu magique. Un arbre comme dans Jack et le haricot magique. Un arbre qui permet, en arrivant au sommet, de ne pas tomber et même d’aller plus loin. Un arbre qui n’est pas là pour lui-même mais plutôt pour permettre d’accéder à un autre espace. Une sorte de passerelle.

Et vos élèves ont le choix, permanent, de s’accrocher aux branches ou pas. D’y grimper ou pas. De le dépasser ou pas.

Cet arbre est plus que magique car vous prenez un soin tout particulier à faire pousser de nouvelles branches chaque jour. Si une branche ne convient pas à un élève, vous avez la volonté de proposer un autre accès, un autre moyen de se raccrocher à cet arbre.

Mais comprenez bien que cet arbre n’est pas là pour lui-même. Il est là pour servir de porte, de passerelle vers un autre lieu. Vous êtes des passeurs et vous avez cette humilité qui les caractérise. Les benefices de votre présence, pour les jeunes et pour leur entourage, ne sont plus à démontrer. Le grand nombre de demandes d’admission qui vous parviennent, l ’enthousiasme de vos partenaires et le soutien que vos proches vous témoignent sont les signes évidents que votre arbre porte ses fruits et qu’il nourrit, corps et âmes, ceux qui viennent y goûter.

Au delà des innovations pédagogiques et au delà des élèves, votre arbre est également bénéfique pour son environnement : vous offrez une bulle d’oxygène à un univers à bout de souffle. Cela dérange parfois (étonnamment, certains préfèrent l’asphyxie) mais quand ça dérange, ça change ... Et pour tout cela, je vous dit Merci !

Bonne continuation.
Stef

— 
Stéphane Houbion
Secrétaire Général

Jeune Et Citoyen