Accueil > Agenda > Dimanche 14 décembre à 14h : « Léon et Antoinette »

Dimanche 14 décembre à 14h : « Léon et Antoinette »

Séance d’écoute - exposition

mercredi 1er janvier 2014

Après le marché fermier mensuel (à partir de 10h), les réalisateurs du documentaire radiophonique « Léon et Antoinette » proposent une séance d’écoute d’un voyage à travers le siècle dernier au sein d’une famille nombreuse.
Pour accompagner le documentaire sonore, il y a une exposition photo de Elva Joan Blacker (Surrey, 1908-1984), artiste peintre anglaise et photographe de métier.

« Léon et Antoinette », création radiophonique, 48min30.

Prix SCAM France 2014 de l’oeuvre de l’année.

Séance d’écoute de « Léon et Antoinette » un documentaire radiophonique de Brigitte Brisbois réalisé avec la collaboration de Christophe Rault.

Un voyage à travers le siècle dernier, au sein d’une famille nombreuse. Un projet qui prend sa source dans un questionnement personnel. Un témoignage qui renvoie chacun à l’histoire de sa propre famille.

« Nés au tournant du siècle dernier dans un village du Condroz, Léon et Antoinette se sont mariés en 1925 et ont fondé une grande famille. Largement sexagénaires aujourd’hui, leurs enfants replongent dans le passé, esquissant un portrait sensible qui, au-delà des anecdotes, est aussi celui d’un monde — avec son organisation sociale, son mode de vie, sa mentalité, ses codes et tabous…— Tissé d’éclats de mémoire, de confidences éparses et de silences vertigineux, ce témoignage polyphonique est une plongée dans l’intime, qui fait revivre une époque révolue et interroge les traces qu’elle a laissées. »

Une production 2013 de l’Atelier de Création Sonore Radiophonique avec le soutien du FACR de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Elva Blacker – Photographies 1930-1945

Donnant la priorité à l’éducation de ses deux frères et doutant de la capacité de sa fille à gagner sa vie en tant qu’artiste, son père, qui avait un studio de photographe, envoya Elva à la Regent Street Polytechnic à Londres où elle suivit les cours de photographie. A la mort de son père en 1930 Elva reprit le studio, ce qui ne l’empêcha pas de faire non seulement l’académie en cours du soir, mais aussi de terminer avec succès la célèbre Slade School of Art. Durant la guerre elle rejoint la Royal Air Force et produit un témoignage abondant de la vie dans les bases aériennes. Après la guerre, elle abandonne complètement la photographie pour se consacrer à ses premiers amours : la miniature et la peinture qui deviendront effectivement ses gagne-pain. Lorsque, durant les années cinquante, il devient plus facile de voyager, Elva travaille un temps aux Etats Unis, ensuite en Inde où elle se rend pour un Congrès de Végétariens. Sa pratique était d’annoncer, en arrivant dans une localité, sa disponibilité à peindre des portraits. Elle était renommée pour sa gentillesse, ses randonnées à moto et ses excès de vitesse. Un grave accident de moto mettra fin à sa carrière de miniaturiste mais elle continua à produire des peintures.

Les photographies choisies pour le « décor visuel » du document radiophonique « Léon et Antoinette » nous plongent dans une ambiance aussi intime qu’anonyme de la bourgeoisie anglaise des années trente. Le caractère énigmatique de la plupart de ces portraits laisse la place à toutes les interprétations, y compris à celles qui voient dans quelques-unes de ces photographies un clin d’œil presque évident à certains passages du documentaire sonore que vous aurez l’occasion d’écouter.